Nom Ripon
Prénom Elie    
Sexe masculin  /  männlich  /  maschile
Lieu  de  naissance
Lieu  de  décès
Année  de  naissance
Année  de  décès
Profession Militaire
Confession réformée  /  reformiert  /  riformata
Lieux  d'activité Groenland,  Iles  Canaries,  Jarcarta,  Macao,  Taiwan,  Japon
Siècle 17
Données  biographiques Elie  Ripon  appartient  probablement  à  une  famille  lausannoise  ou  vaudoise,  connue  entre  1466  et  1721,  dite  noble  en  1637.  En  1617,  il  part  aux  Provinces-Unies.  Il  participe  à  une  expédition  baleinière  dans  le  Groenland.  En  1618  il  s’engage  dans  les  troupes  de  la  Compagnie  néerlandaise  des  Indes  orientales  qui  l’envoie  en  Extrême-Orient.  Arrive  sur  le  Delft  à  Batavia  (auj.  Jakarta)  en  1618,  il  participe  à  la  guerre  qui  y  oppose  Néerlandais  et  Britanniques.  Il  fait  une  carrière  fulgurante  :  nommé  échevin  de  la  ville  par  le  gouverneur  Jan  Pietersz  Coen  (1621),  «  capitaine  d’armes  »  (1622),  puis  capitaine  de  la  garde  civile  (1625).  Il  revient  en  Europe  en  décembre  1626  à  bord  d’un  bateau  néerlandais  qui  accoste  aux  Provinces-Unies  le  25  juillet  1627,  date  à  laquelle  on  perd  sa  trace. 
Titre f.  Gex  /  5.  Avril  1867  /  Ce  manuscrit  /  a  été  trouvé  dans  /  une  caisse  sur  les  mansardes  d'une  maison  /  de  Bulle  Canton  /  de  Fribourg,  Suisse  /  En  l'anné  (sic)  1865.
Genre  /  Art
Récit  de  voyage  /  Reisebericht  /  Relazione  di  viaggio
Détails  du  genre
Période  de  rédaction 15  avril  1617-10  février  1627
Période  couverte 15  avril  1617-10  février  1627
Nature  /  Langue Manuscrit,  français  (copie  mise  au  net,  d'une  seule  main,  vers  le  milieu  du  XVIIe  siècle. 
Collation Cahier,  couverture  cartonnée,  25,5  cm  x  16,5  cm,  370  pages  (manquent  les  pages  1-2,  13-14,  35-36,  155-156,  327-328,  et  la  fin). 
Contenu Après  la  relation  d’une  chasse  à  la  baleine  dans  le  Groenland,  le  scripteur  décrit  son  voyage  de  près  de  six  mois  vers  Batavia  via  les  Iles  Canaries,  le  Cap  de  Bonne  Espérance,  les  Philippines  et  le  Japon.  Il  narre  la  conquête  batave  dans  toute  sa  sauvagerie,  avec  la  chasse  aux  têtes  (de  Javans)  que  le  gouverneur  Jan  Pietersz  rémunère  pour  «  encourager  les  soldats  »,  ou  l’anthropophagie  de  ces  derniers  (par  faute  de  nourriture),  et  fait  de  nombreuses  observations  sur  les  autochtones  en  divers  points  de  l’Archipel  où  le  conduisent  les  opérations  militaires  :  Java,  Banda,  les  Moluques,  Hainan,  Macao,  Les  Pescadores,  Taiwan,  Aceh,  le  Siam,  Bornéo…Il  est  l’un  des  premiers  Occidentaux  à  avoir  vu  un  village  arborigène  à  Taïwan.  Ses  remarques  sur  le  Japon,  où  il  est  le  premier  Suisse  à  mettre  le  pied,  et  passe  un  peu  moins  de  trois  semaines,  sont  très  positives.
Lieu  de  dépôt BCUF/KUB
Cote ms.  L  509
Documents
Transcription
Autorisation
Édition(s) Capitaine  Ripon,  Voyages  et  aventures  aux  Grandes  Indes  -  1617-1627,  présenté  par  Yves  Giraud,  Paris,  Les  Editions  de  Paris,  1997. 

BLUSSÉ,  Leonard  &  Jaap  de  MOOR.  (Red.).  Een  Zwitsers  leven  in  de  tropen.  De  lotgevallen  van  Kapitein  Elie  Ripon  in  dienst  van  de  VOC  (1618-1626).  Amsterdam,  Prometheus,  2016.  Pictorial  wrappers.  With  illustrations.  304  p.

Littérature  secondaire Yves  Giraud,  "Un  témoignage  à  l'état  brut  :  impressions  et  souvenirs  d'un  mercenaire"  dans  La  Découverte  de  nouveaux  mondes.  Aventure  et  voyages  imaginaires  au  XVIIe  siècle  (actes  du  colloque  du  CIR  Gênes,  1991),  Fasanaro,  Schena,  1993,  p.  115-125

Sources  annexes
Documents  liés